Le marché (hyper juteux) des pièces détachées d’électroménager

Ma hotte aspirante est (un peu) en panne : l’éclairage ne fonctionne plus.

Comme c’est un modèle récent, ce n’est pas d’un interrupteur simple qui commande celui-ci, mais un bouton poussoir, qui via une carte électronique, commute un relais, qui alimente un transformateur, qui…enfin! alimente les ampoules halogène.

J’ai donc entrepris de dépanner cette hotte, car c’est quand même super embêtant de plus avoir de lumière au dessus de la plaque de cuisson.

Comme la hotte est en ilôt, il est plutôt casse-pied de la démonter, pour analyser la panne, la remonter en attendant la pièce, la re-démonter quand la pièce sera arrivée, etc…

Je me suis donc dit : tant pis, je vais commander la platine comprenant les poussoirs (selon mon dépanneur habituel, les boutons peuvent s’être oxydés), ainsi que la carte de commande (le relais pourrait avoir un problème aussi…)

Je regarde donc rapidement sur google, et je tombe sur la photo du bandeau de commande :

Photo du bandeau de commande
Merci à Electrolux pour la photo !

On peut apercevoir sur cette photo de quoi est composé cet article : 4 boutons poussoirs, un afficheur 7 segments, un connecteur 10 broches, et quelques résistances CMS, et un bout de circuit imprimé pour recevoir tout ce petit monde. OK, tout ceci doit coûter environ 5 à 6 € GRAAAAAND maximum à produire, ajoutons quelques centimes supplémentaires de main-d’oeuvre (chinoise ou asiatique, probablement…), et nous voila gratifiés d’une facture de… 119 € !

Oui, Electrolux demande 119 € pour cette pièce détachée ! Mais Mooooonsieur, c’est pas une vulgaire platine, c’est LA platine qu’il vous faut pour réparer votre honte hotte !

Franchement !? De qui se moque-t-on ?

 

Poele a bois JUSTUS

J’ai acheté cet hiver un poêle à bois de marque « JUSTUS ».

Ce poêle fabriqué en Allemagne par la compagnie « ORANIER » m’a donné entière satisfaction !

Je l’ai directement acheté en Allemagne, et l’économie était loin d’être négligeable !

Certains diront « oui, mais le SAV ??? » : Et bien justement, le poêle est arrivé en parfait état, mais au bout de quelques jours, la pierre ollaire qui le couronne a cassé (défaut de fabrication ? faiblesse dans la pierre ?). J’ai alors contacté le fabricant directement (ils parlent même français), et ils m’ont remplacé cette pierre sans faire de difficulté : ils m’ont seulement demandé la preuve d’achat, et j’ai reçu la nouvelle pierre quelques semaines plus tard, directement à ma porte !!

En conclusion, un très bon point pour Oranier et leur SAV. On sait faire entendre à toute la terre lorsque l’on a un problème, mais il faut aussi savoir féliciter lorsque le service est impeccable !

Les constructeurs vivraient-ils dans un autre Espace-Temps ?

Petit fait, dont je préfère rire que pleurer :

Il y a un an, mon constructeur (Roales Caillot, qui me remerciera s’il me lit !) m’a rappelé, incommodé par la gentille pub que je lui ai fait.

En échange de supprimer cette vilaine pub (qui n’est autre que le récit de ce qui m’est arrivé !), me donne sa parole que les deux derniers détails seront réglés avant la fin de l’année … SIC !

Soit, il n’a pas précisé quelle année, mais j’en arrive à me demander si les constructeurs ne vivraient pas dans une autre dimension temporelle que celle de leurs clients : Chez moi, un mois dure 28 à 31 jours (selon…), une année, 12 mois, etc… Avec les constructeurs, j’ai pu noter qu’une de « leur » journée dure en fait environ un de « mes » mois, qu’un de « leur » mois durait environ 12 des miens…

« Vous avez ma parole, vos problèmes seront réglés avant la fin de l’année »… Rions-en !

Ma cabane au Canada…

Non, pas « tapie au fond des bois… » !

Nous avions prévu de faire une « cabane de jardin » un poil plus grande que celle que l’on a déjà, car cette dernière se fait petite : la tondeuse autoportée tient difficilement dedans : il faut enlever le bac de ramassage, et on ne rentre plus dans la cabane quand la tondeuse y est !

J’ai donc dessiné un joli petit plan sous Google Sketchup (que je recommande chaudement à quiconque veut monter un quelconque batiment, même en passant par un « pro » !), fait de jolis petits calculs de « BOM » (Bill Of Materials, une nomenclature en bon français de t’cheu nous), fait de jolis petits devis chez le magasin de bricoliste du coin, déposé un joli petit permis de construire à la jolie petite mairie, attendue trois jolies petites semaines que la DDE me dise qu’un de mes plans n’était pas coté (oups ! sacré moi !!), et re-attendu 3 jolies petites semaines que la DDE donne l’accord du permis de construire… et Hop ! Tel un champignon sorti une jolie journée pluvieuse d’automne, la cabane a poussé (ou presque…)

Un tracto-pelle est venu enlever les quelques mètre-cubes de terre nécessaire au coulage de la dalle, puis avec mes jolis bras musclés, mon ami Daniel et moi avont fait une jolie dalle, et quelques 15 jours après, nous avons commencé les hostilités…

Et, ma foi, ca donne pas trop mal pour le moment !

Pire !!! Ça ressemble drôlement à ce qui était prévu sur le papier (même le constructeur de mon pavillon n’a pas réussi cet exploit !!)

Encore quelques heures de sciage/emboitage/vissage et les murs seront terminés…

La partie rigolote arrivera ensuite : il faudra monter les plaques pour faire le toit (panneaux de bois aggloméré), puis monter sur le toît poser le bardeau bitumeux !! J’ai hâte !!

Allez, pour les curieux, voila une photo de la jolie maison après deux jours de boulot (les deux jours d’avant étaient consacrés à la pose du premier rang d’agglo, la pose du « cadre » en bois, et la coupe d’une bonne partie de la charpente)

Pour ceux qui seraient interessés, mon plan est disponible sous forme de « donateware » : comme j’y ai passé un peu de temps, et que je n’ai rien trouvé sur internet de semblable, j’échange mon plan contre une donation libre via paypal (un euro étant à mon sens le minimum raisonnable…)