Une carte miniPC concurrente de la Raspberry PI

Vous avez certainement entendu parler de la Raspberry PI ? Non ? Sortez donc un peu de votre tanière 😉

Pour ceux qui ne la connaissent pas, c’est une carte « mini PC », à base de processeur ARM, et à basse consommation électrique : Elle trouve donc tout son intérêt chez soi, pour se monter un petit serveur : partage de fichiers, site web auto-hébergé, ou encore domotique.

Seulement, lorsque l’on veut en faire un NAS, cette carte a un inconvénient de taille : elle n’a pas de port Serial ATA, et le réseau n’est pas en direct sur le processeur, mais passe par le port USB. Ceci fait donc que pour faire transiter des gros volumes de données par le réseau, la carte utilisera le hub USB intégré pour lire le disque dur, et ce même hub pour aller envoyer les données sur le réseau. En pratique, cela donne donc des débits réels à environ 2.5 à 3 Mo/s… Bien faible pour un NAS !

Il y a peu, j’ai cherché ce qui existait sur le marché en concurrent à cette RPi, et il y a pas mal de choses (BeagleBone, CubieBoard, etc…), et je me suis arrêté sur les cartes de chez Olimex. Ce sont des cartes « Open Hardware »: cela veut dire, en gros, que le schéma électronique de la carte est libre d’accès…

Le gros avantage des cartes Olimex, si on prend par exemple la « Lime A20 », qui pour un tarif très proche de la RPI (45€ livré en provenance d’Angleterre), c’est son équipement :

Nous avons en effet droit à un processeur Allwinner A20, qui est un double cÅ“ur cadencé jusqu’à 1.2Ghz par cÅ“ur, à 512 Mo de RAM (elle existe aussi en version 1 Go de RAM), un emplacement Micro SD (pour installer son OS dessus), deux ports USB2, un port Serial ATA, un port Ethernet 100Mbps (branché sur le processeur en direct, et pas sur le Hub USB !), de l’HDMI et j’en passe…

A20-OLinuXino-LIMEC’est une carte très intéressante selon moi, et elle remplace avantageusement ma RPI qui faisait office de serveur. Sa consommation électrique est d’environ 3W (hors disque dur évidemment), elle peut avoir son OS sur une carte micro-sd de 2go (suffisant pour un Debian sans environnement graphique), ou sur un disque SATA (prévoir tout de même une micro-SD pour servir de « bootloader »).

Autre détails pour les bricoleurs, la carte possède un grand nombre de GPIO que l’on pourra utiliser pour tout un tas de choses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *