La cabane au fond du jardin

Elle avance la cabane au fond du jardin !

Un week end (presque) pas (trop) pluvieux, m’a permis de faire la toiture : planches d’aggloméré, clous, marteau, echelle, deux mains, et en fin d’après midi, dimanche, ça donnait ceci :

Le pan de toiture non visible sur la photo est déjà terminé.

La partie visible aura été terminée vers 20h15, à l’halogène, car il faisait déjà nuit 🙂

Il reste donc le faîtage à terminer, ainsi que les planches de rives, afin d’embellir un peu la toiture.

Une fois tout ça fait, il restera plus que la porte !

DOMOCAN : Carte 8 Relais « Finder 36 »

J’ai tracé une nouvelle carte de commande pour DOMOCAN, basée sur des relais de typé « FINDER série 36 », qui sont « standard » et dont on trouve des équivalents à moins cher.

Voila le typon de cette carte : carte_8_relais_finder_36

Les diodes sont des classiques, dites « de roue libre » : n’importe quel modèle type 1N4001 suffira…

La resistance R2 est à calculer en fonction de la tension d’alimentation des relais: Par exemple, avec des relais 6V, la résistance des bobines des relais fait 100 Ohm, la resistance R2 est donc de 100 Ohm !

La resistance R1 est la résistance de limitation de courant dans les LEDs, elle doit donc limiter le courant à environ 20mA, 470 ou 560 Ohm conviendront donc.

Trois soirées ont été nécessaires pour fabriquer le chariot ras de lame, qui s’adaptera sur la scie maison !

Première déconvenue, les profilés acier (laminés à froid) achetés chez le ferrailleur (à la coupe) sont a peu près tous voilés ou vrillés… Difficile de faire un chariot parfaitement droit avec des profilés dignes d’une route de montagne !!

On attaque donc par la construction de la partie basse du chariot, celle qui sera fixée sur le bati de la scie. Une tole de 2mm et 2 ronds de 12mm fixés dessus :

DSCF1003 Ici, perçage du rond pour ensuite le tarauder. Il sera fixé sur la tole avec 7 ou 8 vis…

&

&

&

&

&

&

DSCF1007

On fait de même avec les deux barres rondes.

&

Le chariot intermédiaire se compose de tube carré, avec 4 roulettes « CTS ». Ce sont des roulettes issues de l’industrie. Elles servent normalement à fabriquer des systèmes de convoyeur, et supportent des charges énormes !

&

&

&

&

&

&

On attaque ensuite le chariot supérieur. C’est celui qui se déplacera sur le chariot intermédiaire, et qui supportera la pièce de bois à découper, ainsi que les différents guides :

DSCF1004Il était initialement prévu de faire un sandwich de plat d’acier (1cm x 4cm) avec des tôles, mais les plats étaient bien trop vrillés. J’ai donc pris du CTP de 15mm, qui est bien plus droit que mes plats d’acier !

Il reste ensuite à recouvrir le dessus de tôle d’acier, et de descendre deux tôles perpendiculairement aux cotés : ces tôles serviront de support aux roulements inférieurs : ceux-ci servent à empêcher le chariot de basculer, car il ne repose sur le chariot intermédiaire qui ne fait que 30cm, par rapport aux 130 du chariot supérieur !

DSCF1011Sur cette photo, un premier coté est posé : j’y ai attaché en même temps un profilé alu en « C », récupéré sur une grosse tringle de rideau ! Ce profilé pourra servir à attacher une poignée, ainsi qu’une extension latérale au chariot, pour soutenir de longues pièces à tronçonner.

DSCF1019

&

Le chariot terminé, avec ses deux tôles supérieures. La rainure centrale laisse un jour de 1cm sur le dessus, et 2cm à l’intérieur. Elle permettra de fixer, via des brides (ou lardons), le guide d’onglet, ainsi que des presseurs.

Il reste encore à réaliser les supports de roulements inférieurs (10 en tout, peut etre 12), à les fixer, ainsi qu’a décaper les tôles supérieures, pour les rendre un peu plus belles 😉

&

&

online casino paypal

arbre

Je passe rapidement une petite annonce:

J’ai fait réaliser deux arbres de scie pour mon projet de scie sur table.

Comme je n’en ai besoin que d’un, je vends l’autre : Contactez moi pour toute question

&

&

&

&

Voici une photo de l’arbre :

Il possède un arbre de 16mm coté lame, avec deux flasques acier. Un des deux flasques est spécialement adapté pour recevoir des lames à alésage 30mm, sans utilisation de bague d’adaptation.

L’arbre coté moteur est de diamètre 19mm, alors que les épaulements qui reçoivent les paliers sont de diamètre 20mm.

roulette

Suite de la fabrication de la scie sur table.

batiscie1Aujourd’hui, le bâti de la scie.

Celui-ci doit accueillir le berceau moteur, supporter la table et le chariot.

Pour l’instant, je vais commencer par une version « simple », sans inclinaison de la lame. Une fois le concept validé et éprouvé, j’ajouterai la fonctionnalité permettant d’incliner la lame.

&

&

Essaibatiscie2 de montage à blanc du berceau de scie. Celui-ci est tout juste à la bonne dimension : si je veux ajouter le dispositif d’inclinaison de la lame, je devrai redimensionner le berceau afin de le rendre un peu plus court !

roulett online

Fabrication du berceau moteur : Ce berceau, qui supporte l’arbre porte-lame ainsi que le moteur, permet à la lame de monter et descendre, ainsi que de s’incliner pour les coupes d’angles.

Une petite vidéo de la fabrication du berceau :

Il reste à faire le mécanisme de montée/descente de la lame, et à monter tout ça sur le bâti de la scie.

En fin de soirée, j’en suis arrivé à ça :

Berceau moteur

online spielcasino

Où il est encore question des publicitaires…

Bah oui je sais, ils mangent grave les publicitaires !

Mais bon, faut pas abuser, on veut quand même nous faire gober n’importe quoi :

« Ceux qui parlent le mieux de XXXX, ceux sont encore les consommateurs !

-Moi depuis que je me brosse les dents avec XXXX, ma laine est plus fraiche, et mon poil est soyeux !!! »

Franchement, vouloir nous faire croire, sous pretexte que l’acteur est mauvais, ou que je serais meilleur que lui, qu’on a filmé avec un camescope amateur un consommateur content du produit, faut vraiment prendre les gens pour ce qu’ils ne sont pas…en tout cas, pas moi !

Ma cabane au Canada…

Non, pas « tapie au fond des bois… » !

Nous avions prévu de faire une « cabane de jardin » un poil plus grande que celle que l’on a déjà, car cette dernière se fait petite : la tondeuse autoportée tient difficilement dedans : il faut enlever le bac de ramassage, et on ne rentre plus dans la cabane quand la tondeuse y est !

J’ai donc dessiné un joli petit plan sous Google Sketchup (que je recommande chaudement à quiconque veut monter un quelconque batiment, même en passant par un « pro » !), fait de jolis petits calculs de « BOM » (Bill Of Materials, une nomenclature en bon français de t’cheu nous), fait de jolis petits devis chez le magasin de bricoliste du coin, déposé un joli petit permis de construire à la jolie petite mairie, attendue trois jolies petites semaines que la DDE me dise qu’un de mes plans n’était pas coté (oups ! sacré moi !!), et re-attendu 3 jolies petites semaines que la DDE donne l’accord du permis de construire… et Hop ! Tel un champignon sorti une jolie journée pluvieuse d’automne, la cabane a poussé (ou presque…)

Un tracto-pelle est venu enlever les quelques mètre-cubes de terre nécessaire au coulage de la dalle, puis avec mes jolis bras musclés, mon ami Daniel et moi avont fait une jolie dalle, et quelques 15 jours après, nous avons commencé les hostilités…

Et, ma foi, ca donne pas trop mal pour le moment !

Pire !!! Ça ressemble drôlement à ce qui était prévu sur le papier (même le constructeur de mon pavillon n’a pas réussi cet exploit !!)

Encore quelques heures de sciage/emboitage/vissage et les murs seront terminés…

La partie rigolote arrivera ensuite : il faudra monter les plaques pour faire le toit (panneaux de bois aggloméré), puis monter sur le toît poser le bardeau bitumeux !! J’ai hâte !!

Allez, pour les curieux, voila une photo de la jolie maison après deux jours de boulot (les deux jours d’avant étaient consacrés à la pose du premier rang d’agglo, la pose du « cadre » en bois, et la coupe d’une bonne partie de la charpente)

Pour ceux qui seraient interessés, mon plan est disponible sous forme de « donateware » : comme j’y ai passé un peu de temps, et que je n’ai rien trouvé sur internet de semblable, j’échange mon plan contre une donation libre via paypal (un euro étant à mon sens le minimum raisonnable…)

Quand la domotique fout le camp !

Ce qui devait arriver arriva, et ce que j’aurais du faire, je ne l’ai pas fait !

Voila qui met tout le monde en colère, surtout ma femme, et qui fait baisser drastiquement le WAF de la domotique à la maison :

Ma carte d’interface domotique-informatique a rendu l’âme…et par la même occasion, plusieurs fonctionnalités ont disparu avec…

Ce que j’aurais du faire et que je n’ai pas fait, et bien c’est mettre en place un mode dégradé : j’en ai parlé, une fois, dix fois, (non, pas cent fois, ni plus…), mais par fainéantise, ou par excès de confiance envers mon système, je ne l’ai pas fait… Et le bilan est assez simple : quelques lampes sont gérés par le serveur uniquement : elles ne s’allument plus, puisque la domotique envoie un ordre (ou plutot un « état »), et le serveur doit agir en conséquence… Hors, l’interface n’etant plus, le serveur n’est pas informé, et ne peut pas non plus agir…

De même pour les volets roulants : la « programmation » de leurs actions étant un peu complèxe, j’ai préféré la confier au serveur, et même sanction : plus d’action possible…

Je me retrouve donc deux fois par jour au grenier, pour ouvrir ou fermer les volets roulants, en court-circuitant les fils de commande de mes volets…

Bref, promis, dès que je remet la main sur une interface qui fonctionne, je commence par programmer un mode « autonome », ou plutot « dégradé » à toutes les fonctionnalités de la maison !